Le tram, lui aussi manipulé

Publié le par Lillie

Jeudi, jour maudit! Grève, blocus... bref, pas de transports en commun. Mais, après moultes renseignements, Lillie réalise que le seul Tramway complètement immobilisé, c'est le sien. Le seul qui passe devant chez elle et l'amène en avance au boulot. Pas grave, se dit-elle (c'est une fille optimiste!), je vais prendre le bus. Mais non. ce serait trop facile. Les deux bus qui passent dans sa rue sont supprimés. Pourquoi? demanderez-vous. Question stupide! Pour l'emmerder, la faire galérer, arriver en retard au boulot. Et, cerise sur le Mcdo, le jeudi en question, c'est l'apocalypse! Pluies diluviennes, vent aussi fort que le mistral, les cigales en moins. Génial.
L'histoire, pour une fois, ne s'est pas tant compliquée. Quelqu'un l'a gentiment emmenée le matin, son collègue de bureau l'a ramenée le soir (à 19h... et oui, ce serait trop simple sinon). Et le tout sans avoir reçu la moindre goutte de pluie. Elle est pas belle la vie?
Lillie, pour une fois, s'est sentie victorieuse. Mais, comme elle dit toujours, "mieux vaut ne pas chanter victoire avant d'être couchée dans ton lit!". Phrase dont le sens échappe sûrement à tout le monde sauf à elle!!

Publié dans Les malheurs de Lillie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article