1 chance sur combien?

Publié le par Lillie

Hier soir, le cerveau en purée de pommes de terre bon marché, les yeux bouffis, Lillie a décidé de partir en quête d'écouteurs pour écouter la musique. Oui, parce qu'en fait à City existe une culture bureautesque étrange, qui consiste à ne jamais communiquer avec ses co-bureau, mais plutôt à écouter la musique en solo.
Lillie, soucieuse de s'adapter ) à son nouvel environnement, a donc utilisé les siens. Mais imaginez un instant le tableau: elle n'a pas d'enceintes sur lesquelles brancher ses écouteurs. Il faut directement les câbler sur la tour! Mais, évidemment, quand on s'appelle Lillie, le fil est trop court et la tour indéplaçable! Vous la voyez, travaillant sur un coin de bureau, la tête penchée sur le côté pour ne pas s'arracher les oreillettes du lobe, effectuant ses mouvements en déplaçant son corps le moins possible?
Ri-di-cu-le!
Hier soir donc, après le boulot, Lillie est partie acheter la panoplie du parfait "méloman". Fière de se délester de 10 euros, le lendemain, elle se radine avec un câble rallonge de deux mètres de long. Fini le torticoli!
Heureuse d'avoir déjoué le ridicule, elle s'installe, prête à s'injecter l'album Best Of d'ABBA sous le crâne (ben oui, elle aime bien ABBA, et alors!... yen a bien qui danse encore sur YMCA!). Le son jaillit... mais qued'une seule oreillette!
Et là je vous le demande:
"Combien y avait-il de chances qu'elle tombe sur LE câble qui ne fonctionne qu'à moitié?"
Hein? Combien?
Chat noir un jour, Chat noir toujours.
Mais ce qu'il faut préciser, c'est que le hasard n'y est pour rien! Un con de Lutin, caché dans l'emballage, voyant le regard bovin de la jeune femme se poser avec convoitise sur le-dit câble, s'est mis à grignoter l'intérieur du fil avidemment, fou de joie à l'idée de la colère et de la frustration provoquées par la défaillance de l'objet technologique.
Ce qui ne manque pas d'arriver bien sûr.
Deux heures plus tard, Lillie fulmine encore, et se retrouve de nouveau avec un torticolis: raide comme un i sur son fauteuil, elle bouge au minimum: le moindre mouvement fait grésiller le son, et de ça, elle a horreur.

Bref, je vous le dis: quand on a pas de bol... autant pas prendre de pti-dej!

...comment ça, c'est une réflexion à la con?!

Publié dans Les malheurs de Lillie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

spierette 27/09/2008 14:10

j'ai adorré la dernière remarque. Ca c vraiment toi (ça se sent....)et tes conneries. Ca fait du bien ça m'avait manqué. Bises du sud