L'Homme...

Publié le par Lillie

... Ou l'art de perdre la gueule!

Un jour que Lillie et l'Homme se promène dans un magasin de meubles (magasin théâtre de disputes de couple quotidiennes...), formatés pour débusquer THE canapé de la mort, sur lequel ils flacheraient tous les deux (ils sont joueurs quand même!), Lillie déambule dans les rayons, mains in the pocket, sans demander rien à personne.
Elle a la tête si profondément enfouie, qu'il faudrait faire de la spéléo pour aller l'y récupérer. Voui, une journée entière de déménagement, et le lendemain s'avère fort difficile.
Bref, elle se ballade.
Quand soudain, son ouïe sur-développé capte les pleurs d'un enfant. Ni une ni deux (ni trois), Lillie se fige et jette un oeil dans les allées, pour y découvrir, une petite fille de trois ans, le cheveux blonc en bataille, le visage rouge et mouillé. Lillie de se pencher vers elle :

"- Ben alors minette, qu'est-ce qui t'arrive?
- J'ai... J'ai... per-du-ma-ma-maaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan!!"

Et de pleurer à chaudes larmes, d'une voix bien forte pour qu'on l'entende dans tout le magasin (ça changera des râleries et insultes couplesques proférées à voix basse).

Elle a un talent inné pour la comédie dramatique.
Lillie, fort aimable avec les nains (à défaut de l'être avec les Lutins...), attrape la mimine humide de la gamine et marche d'un pas décidé vers l'accueil, promenant derrière la tragédie personnifiée.
Evidemment, au comptoir accueil, c'est blindé. Les gens se tournent pour toiser le duo légèrement bruyant, et Lillie songe que, ptêtre bien, elle aurait mieux fait d'abandonner la blondinette plutôt que de passer pour une tortionnaire.
Mais les gens comprennent et affichent un air mi-compatissant pour l'enfant, mi-réprobateur pour les salauds de parents incapables de gérer correctement leur progéniture. Le gentil bonhomme de l'accueil fait patienter, et Lillie chuchote à l'oreille de la petite, qu'elle a pris dans ses bras, histoire de la calmer un peu.
La situation n'est certes pas confortable, pour Lillie qui n'aime pas se faire remarquer, mais bon, ce n'est l'affaire que de quelques minutes.
Le monsieur passe l'annonce "La petite Chloé est attendue à l'accueil du magasin".
Lillie rassure la petite, soulagée de puvoir se sauver discrétos quand l'Homme se rapproche et s'exclame dans la file d'attente :

"Dis donc, Lillie, on est venus pour acheter un canapé, hein! Pas une petite fille!"

Là, les gens, hilares.

Lillie, rouge.

Passer inaperçue? Dur-dur...

Merci, l'Homme!

Publié dans Les malheurs de Lillie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

eury 14/08/2009 00:10

mdr!! génial!! en tout cas j'espère que la petite chloé a retrouvé sa maman.

Lillie 14/08/2009 09:59


Eeeet oui! J'allais pas la garder! Penses-tu, elle arrêtait pas de pleurer; je pense que sa mère m'aurait décapitée en pensant que je la torturais!


M&M's 13/08/2009 19:13

trop fort l'homme, c'est pas mon pote pour rien tiens.... hehehe finalement tu l'a acheter la ptiote ou pas?

Lillie 14/08/2009 10:01


Nan, elle était pas soldée!


NeuNeu 11/08/2009 13:36

Lol, faut bien qu'elle parte de quelque part hein! Puis, tu provoques les moqueries aussi hein, quelle idée de tomber tout le temps ou de passer ton temps à te cogner.

J'avais une copine fan de l'humour un peu vache. On s'était fait les 400 coups, c'était plutot marrant^^

Lillie 11/08/2009 13:44


Bah c'est pas ma faute! Je suis victime d'un complot! Pi en même temps, m'arrive pas TOUJOURS des conneries. Mais comme c'est ce qu'il y a  de plus intéressant à lire!

J'en raconterai une ou deux, on comparera les conneries! :))


NeuNeu 11/08/2009 13:29

Bah, c'est marrant ces moments là... J'kifferais grave avoir une copine comme ça, on se marrerait bien tiens!!!

Lillie 11/08/2009 13:34


ah! ça, rigoler, on rigole! Si je devais compter le nombre de fois où on se marre en public! Si ce n'est que la connerie part toujours d'une moquerie qui m'est destinée!


NeuNeu 11/08/2009 09:36

Héhé, il est trop fort l'Homme!!!

Lillie 11/08/2009 13:26


Oui, mais des fois, à mes dépends! Je suis brimée!