Craquage total ...

Publié le par Lillie

Le chemin est sombre et marécageux. Il n'a cessé de pleuvoir depuis plus d'une semaine. Pour les villageois, le climat est tel que le soleil leur apparaît comme une légende. "Il est mooooooooort le soleiiiiiiiiiiil", chante une gamine sur le bord de la route. Le ciel est noir, lourd, le vent qui souffle est sâle et ne laisse pas espérer une fuite des nuages.
Il fait chaud, trop chaud. On réclame la pluie autant qu'on la redoute.
Lillie avance malgré tout. Pour nourrir sa famille, elle doit aller au turbin tous les matins, et aujourd'hui comme les autres jours. Elle traîne les pieds. Les deux derniers jours, elle les a passés à la taverne, et le mal de crâne se fait sentir, lancinant.
Elle pousse la porte. Foutre donc, elle n'a pas envie. Lillie maugrait un très vague bonjour, auquel répond chichement l'apprenti.
"Sale lundi", gronde-t-elle.
L'autre acquiesce.
"J'ai les bottes toutes crottées, continue-t-elle sur le même ton. Pute borgne, elles sont toutes neuves ! Du bouc fraîchement tanné, et elles sont foutues.
- Dure la vie ..."
Le sarcasme meurt sur les lèvres de l'apprenti. Mieux vaut ne pas tenter le diable un lundi matin ...
La matinée se passe, noyée sous une bruine grisâtre et monotone. On est en juin, il fait un temps de miséreux.
Et Lillie est de mauvaise humeur. Elle en découdrait bien pour s'occuper.

Mais voilà que quelqu'un s'exécute ...
Tandis que chacun vaque à sa tâche, la porte s'ouvre, laissant pénétrer un vent frais et désagrable. La serveuse se penche, vise l'entrée.
"Pfffffft ! Ya un client, s'exclame-t-elle, lasse. Juste maintenant qu'on va enfin déjeuner !"
D'un pas nonchalant, elle traverse le corridor jusqu'au voyageur qui patiente sagement.
Lillie soupire. La demi-journée s'achève, amen. Plus que quelques heures avant le retour à ses pénates, à ses tableaux, à ses pinceaux. Loin de cette fichue chaumière à tortures.
Seulement voilà, la serveuse crie.
"- Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!!!"
Lillie bondit sur ses pieds (sur quoi d'autre ?) et enfile le couloir. Pour freiner brutalement des quatre fers, dans un hoquet de stupeur. Face à elle, dans l'entrée, ce n'est pas un voyageur qui attend, mais un TROLL !

Oui, mesdames, messieurs, un TROLL !! 2m50 de hauteur, une boucle d'oreille du diamètre d'un cul de bouteille, des yeux louches, une peau grânuleuse et verte, le crâne dégarni par endroit, le muscle pendant, et le kilt trop court. Il est là, il mate la serveuse d'un oeil mauvais, et de la bave lui pendouille de la gueule, à laquelle il manque trois ou quatre dents.
" Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!! s'écrie à nouveau la serveuse en détresse.
- Rho ça va, arrête de miauler, gronde Lillie. C'est qu'une grosse bébête !"
Cette dernière, féroce, tourne alors la tête vers la jeune femme.
"-Vouuuuuuuuuuu ...
Lillie hausse un sourcil.
- Vouuuuuuuu ...
D'un geste lent et discret, la jeune femme saisit l'épée planquée derrière le comptoir. Le Troll persiste à la fixer, concentré dans sa tentative de conversation.
- Vouuuuuuu ... avééééé éc...éc... écriiiiii ... com... com...com'un'iq'uéééééé ...
- Lillie, je crois qu'il tente de se faire comprendre, croit bon de souligner la serveuse (oui, bon bah une serveuse, en général, c'est pas très intelligent ... C'est un roux qui a dit ça *).
Lillie acquiesce.
- Rien à foutre !"
Fluide dans son mouvement, elle lève brusquement la lame au-dessus de sa tête, fait un tour sur elle-même, et de toutes ses forces, vient planter le tranchant de l'épée dans le gosier de la bête, qui alors gargouille désespérément. En quelques secondes, les murs sont repeints en vert, l'oeil se fait vitreux. Le Troll s'étale de toute sa masse sur le sol, brisant quelques carreaux de terre cuite au passage. Puis le silence s'abat de nouveau.

Le cheveux en bataille, la serveuse se relève.
"- tu ... tu ... tu l'as ...
- Séché ? Ouaips. Et ?
- Je n'ai même pas eu le temps de savoir ce qu'il voulait ...
- On a qu'à le fouiller"
Ce disant, Lillie se penche et s'empare de la besace à demi-coincée sous le poids du monstre. Fourageant à l'intérieur, elle finit par y trouver une petite carte, sur laquelle figure un dessin représentant le Troll (bien plus flâteuse que la réalité, mais quand on a pour client un Troll, on fait toujours un petit effort ...). A côté, lillie y déchiffre un nom.
troll-4.jpg
Dire Hecteur

Ah. Merde ...


 

 

 

 

 

 

 

 

* Référence à une merveilleuse émission, à la fois éducative, originale, et terriblement représentative de notre société actuelle ...

 





Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Les malheurs de Lillie

Commenter cet article

Amina 20/06/2010 20:59


J'adore cette référence à cette splendide émission =) Ah qu'est ce que je me suis marré devant la vidéo du roux ^^ Un très grand moment de télévision !

Il t'en arrive des trucs chouettes dis donc !

(c'est des méchants chez over-blog, j'peux même pas mettre l'adresse de mon new blog dans le champ prévu à cet effet...)


Lillie 22/06/2010 14:09



Quelle vidéo ! ENORME ! " J'ai fait honneur aux roux !" ou "chui pas là pour gober les mouches" ! Rhalalalala ! C'était collector !


Un petit craquage en règle, une fois de temps en temps, ça soulage ! lol !


Vilains Over-blog, vilains ! C'est bizarre quand même ...



lhomme 18/06/2010 11:32


mouahaha, je suis fan !


Lillie 18/06/2010 16:02



T'as plutôt intérêt non mais OOOOH !! lol !



Paule Allione 15/06/2010 00:52


Avoue que tu étais déjà depuis un bon moment dans ce bar avant l'arrivée du troll, mouarffff !!!!!L'alcool est dangereux pour la santé a dit je ne sais plus qui ?


Lillie 16/06/2010 13:37



Meuuuuh ! Même pas vrai d'abord !