La loi des séries...

Publié le par Lillie

Ah ben quelle semaine mes aïeux.
Si Lillie avait su, p'ète ben qu'elle serait restée dans l'armée (oui, un moment d'égarement et bim! Treillis-rangers!).
Parce que vu le ton employé pour l'y causer, dans l'armée au moins, ça se serait justifié!
Mais qu'une chef blondasse mal embouchée, stressée au moindre pet de lapin de traviole, lui parle comme à un vieux chacal qu'aurait la peste, merci bien!

Heureusement, Lillie, des fois, elle peut être diplomate. En fait, Lillie, et certains pourront le confirmer volontiers (ça leur plaît tant de la moquer...), est une râleuse invétérée (encore que, dans sa position de femme, c'est cliché...). Mais quand il s'agit d'être énervée, pour de bon, elle est du genre à prendre sur elle, à encaisser sans rien dire. Jusqu'au jour malheureux où un mot mal prononcé, une phrase mal engagée, déclenche le raz-de-marée. La soupape pète et pan! Cui qu'est à côté, y perd pas le voyage.
Et là, la soupape, elle était déjà bien mise à rude épreuve.
Lillie, qui vérifie ses propres faits et gestes, pire que la Gestapo, se fait dire :
"Non, LILLIE (en accentuant bien sur le prénom, comme si elle risquait de l'oublier), tu ne l'as PAS fait".
Lillie sait bien que si. Lillie a peut-être quelque fois Némo à la place du cerveau, mais faut pas déconner. Elle est pas miro.
Mais Lillie dit rien...
Pi ça s'accumule, ça s'accumule.
On est jeudi, et les doigts croisés à tout péter, elle attend une réponse pour un boulot. Une énooooorme bouée de sauvetage, pour la hisser sur le pont d'un autre bateau. Histoire de naviguer sur d'autres flots. Et la laisser couler, l'autre. Pour un peu, elle l'y appuierai même sur la tête!

Mais c'est Lillie qui se noit aujourd'hui.
Non, qu'ils lui ont dit! Allez sombrer ailleurs, qu'ils lui ont dit. "Malgré toutes vos qualités, gna gna gna...".
Un aller-retour à 100 boulettes pour ne pas avoir les qualités. Ben merde alors !
Mais le pire, c'est surtout que les lourdes chaînes d'acier, invisibles mais si pesantes, qui enchaînent Lillie à City, à ses foutus habitants, à ses foutus collègues de boulot, à sa foutue chef, à sa foutu vie de célibataire géographique, se ressèrent autour de ses poignées.
Une petite heure, Lillie se laisse aller à bouder, à appeler Chéri, s'épancher sur le désespoir d'un jour dormir ensemble plus d'un week-end.

Mais tout ça n'était pas suffisant. Aujourd'hui, le directeur a décidé qu'il fallait achever la bête.
Entretien dans le bureau, officiel, formel.
"On ne reconduit pas ton contrat".
PAN ! Dans les dents, mange-toi ça.
Lillie, à la fin du mois, t'es au chômage... Alors ça te fait quoi?

Aaaaaargh! La haine!

Publié dans Les malheurs de Lillie

Commenter cet article

Caribou 09/06/2009 22:46

Lilly râleuse... pléonasme! ;-)
Finalement, les culs sur l'autoroute n'auront peut-être pas portés chance à Lilly...

Lillie 10/06/2009 09:10


Dis donc, mon caractère, il est comme il est. Je suis râleuse, mais je suis loin d'être la seule. Le Caribou n'est pas mal non plus d'abord. La preuve, c'est que le Caribou se plaint toujours de
moi, d'abord!


Caribou 09/06/2009 22:42

Lilly râleuse... pléonasme! ;-)
Finalement, les culs sur l'autoroute n'auront peut-être pas portés chance à Lilly...